Everybody's got to learn sometime - Rosanza

Esperanza Blackwood
Esperanza Blackwoodvictime de cupidon
Avatars : Daniella Pineda
Messages : 62
Date d'inscription : 28/04/2019
Profil Académie Waverly
Everybody's got to learn sometime - Rosanza EmptyMer 3 Juil - 18:27
La pâtisserie, ça n’était pas si simple à gérer. Esperanza avait beau y mettre toute son âme, elle n’avait pas assez d’argent pour embaucher du personnel, ce qui l’obligeait à travailler énormément et limitait également les possibilités. Si au moins elle avait pu embaucher une vendeuse ! Peut-être qu’Iris accepterait de lui donner un coup de main quand elle aurait du temps, mais Esperanza n’oserait jamais demander ça à sa sœur. Il fallait qu’elle se repose et qu’elle prenne soin d’elle, jusqu’à ce qu’elle aille mieux. Personne d’autre n’était assez proche d’elle pour accepter de lui rendre ce genre de service et elle n’aurait de toute façon jamais proposé à qui que ce soit de travailler sans toucher de salaire. Il faudrait continuer à se débrouiller au mieux, à travailler dur.

Enfin, Esperanza avait dû se creuser la cervelle pour trouver un moyen de diversifier un peu ses activités et l’idée lui avait été soufflée de donner quelques cours de pâtisserie en soirée. Elle n’aurait qu’à choisir un thème, style « décorer un gâteau d’anniversaire » ou « le chocolat ! », proposer des recettes intéressantes, et transmettre son savoir et sa passion aux gens qui seraient intéressés. Sur le papier, ça n’avait pas l’air si dur que ça. Dans la pratique, c’était autre chose. Parce qu’Esperanza était loin d’être une femme qu’on puisse qualifier de « sûre d’elle », même si cette affirmation pouvait être nuancée en fonction du domaine. Elle ne craignait pas d’oublier soudainement comment faire son travail, elle craignait surtout de ne pas réussir à être une bonne pédagogue, à bien expliquer, à donner envie… Esperanza avait toujours voulu tout faire à la perfection et ce n’était que très rarement possible.

Elle avait néanmoins préparé tout ce qu’il fallait, des affiches aux ingrédients en passant par les recettes. Il ne devrait pas y avoir grand-monde, c’était une première et elle n’avait sûrement pas assez de clients ces derniers temps pour espérer toucher une audience bien large. Son truc, c’était la pâtisserie, et pas la communication ni la publicité… Elle devrait vraiment s’y mettre, pourtant, si elle ne voulait pas mettre la clef sous la porte un de ses jours. Mais peu importe qu’il y ait une seule personne ou cinq ou sept, Esperanza serait ravie… Sauf s’il n’y avait vraiment personne mais ce serait étonnant, puisqu’elle avait déjà reçu quelques coups de téléphone pour s’assurer d’avoir une place.

Alors maintenant, elle tournait un peu en rond. La boutique était fermée et elle n’avait plus qu’à attendre ses élèves, qui n’allaient manifestement pas arriver tout de suite. Elle aurait bien avancé l’heure du cours mais ça aurait été ennuyeux si certains travaillaient… Tant pis. Esperanza avait entamé un sandwich pour être sûre de ne pas mourir de faim devant ceux qui viendraient, ou pire, d’entendre son ventre gargouiller pendant un moment de silence, ce qui serait absolument gênant. Et si elle renversait tout ? Et si elle faisait un lapsus gênant ? Un court-circuit ? Un incendie ? Un quelconque accident ? Pourquoi pensait-elle à ça au juste ? Il n’y avait pas de raison que ça se passe mal. Elle tentait en tout cas de s’en convaincre en faisait les cent pas dans sa cuisine, attendant l’heure en continuant à croquer dans son repas.

Tout était parfaitement rangé, ce dont ils auraient besoin était disposé avec soin au bon endroit, elle vérifia néanmoins le tout plusieurs fois. Le ménage, le rangement, l’approvisionnement du réfrigérateur, la liste des ingrédients, elle passa tout en revue. Elle n’était déjà pas très à l’aise quand il s’agissait simplement de vendre ce qu’elle avait pu créer, l’idée de se retrouver avec des inconnus pour cuisiner la mettait encore un peu mal à l’aise… Mais ce serait une superbe expérience, non ? Et puis ça ne pouvait pas être si difficile que ça de s’improviser professeur, hein… ?

Peut-être que Koda serait là. Cette pensée la fit sourire un moment avant de la faire paniquer. Ce n’était vraiment pas le moment de penser à lui ! La dernière fois qu’elle l’avait vu elle avait tellement stressé qu’elle en avait renversé un gâteau par terre en voulant le mettre dans la vitrine… Il valait mieux espérer qu’il ne serait pas là. Et pour le savoir, rien de mieux que d’aller accueillir ses clients de ce soir qui n’allaient sans doute pas tarder.